Les Jouets du Queyras

Les Jouets du Queyras dans Artisanat notre-logo-made-in-france

http://jouetsqueyras.over-blog.com/

Les Jouets du Queyras l’Alpin Chez Lui, créé en 1920 par un pasteur Suisse, a été le premier artisanat du Queyras pendant longtemps.

Plus de 100 personnes participaient à la fabrication des objets en bois jusqu’en 1940.

C’est à cette époque que fut construit le chalet de La Chap d’Arvieux qui devint une plaque tournante pour tous les coopérateurs de « l’Alpin Chez Lui »

chalet-jouets-du-queyras-rc dans Artisanat

www.lesjouetsduqueyras.com


Archives pour la catégorie Artisanat

La coopérative des artisans du Queyras

La coopérative de 32 artisans du Queyras expose et vend à la Maison de l’Artisanat à Château-Queyras (rond point de Ville Vieille)

Regardez plutôt : https://www.youtube.com/watch?v=yjnxvwRkIKE

LES JOUETS DU QUEYRAS, à Arvieux depuis 1920

 SCOP L’ALPIN CHEZ LUI LES JOUETS DU QUEYRAS

 La SCOP « L’Alpin Chez Lui » a été créée à Arvieux en 1920 par un pasteur suisse. La raison sociale exprime à la fois pourquoi elle a été créée et comment elle va fonctionner .

Vivre et travailler au pays, avec de la matière première locale, de la main d’oeuvre locales, un savoir faire local (et l’amour du bois); bref, du développement durable avant l’heure pour un artisanat d’avant garde.

 L’histoire de la SCOP, souvent appelée « la coop », « l’Alpin » et plus récemment « Les Jouets du Queyras » est connue (voir pour rappel historique son site www.lesjouetsduqueyras.com ou son blog www.jouetsqueyras.over-blog.com).

 Pourquoi des jouets en bois ?

Quatre raisons logiques ont amenés à cet artisanat :

  1. La matière première le bois (pin à crochet, pin cembro) est abondante sur place.

  2. Les Arvidans ont l’habitude de travailler le bois depuis longtemps (meubles, objets…).

  3. La fabrication des jouets nécessite un outillage simple, facile d’utilisation, peu cher.

  4. Ce travail peut se faire à domicile, même sans atelier, presque par toute la famille.

 Pourquoi une Société Coopérative Ouvrière de Production ?

La simplicité de constitution va de pair avec la simplicité de fonctionnement : Chaque sociétaire a une voix délibérative quel que soit le nombre de parts sociales, les bénéfices sont répartis entre chaque travailleur proportionnellement à son travail, et non pas suivant la valeur de ses parts.

Dans les SCOP la participation au bénéfice et l’intéressement sont appliqués depuis toujours. L’outil de travail appartient à la Scop et non aux sociétaires. Il reste en place même si les sociétaires quittent l’entreprise, même si celle ci est en sommeil (ce fut le cas en 1968/70). De ce fait cet outil de travail (le chalet de La Chalp essentiellement mais aussi les machines, le terrain) est un patrimoine commun « moral » à tous les habitants de la vallée d’Arvieux qui ont travaillé à la coop (et ils sont nombreux depuis 1920 !) et même à ceux qui n’ont pas travaillé, car c’est un bien collectif d’une entreprise collective et historique de la vallée. De ce fait en parlant des Jouets du Queyras, on disait souvent «Lcoopérative.

 Pourquoi des pasteurs ?

Les pasteurs avaient la volonté de développer le pays, de relever son niveau tant matériel qu’intellectuel. La coopération est leur outil de travail dans l’agriculture, l’artisanat, les achats groupés. Le pasteur DUPASQUIER a pris en Suisse l’idée du jouet. Ensuite Jacques MEYER a vraiment marqué le développement de la vallée de son empreinte.

L’Alpin c’était une affaire de protestants où les gens de Brunissard se sont beaucoup impliqués, mais des catholiques aussi puisqu’il y eu plusieurs dizaines de familles travaillant dans la coop. (à domicile bien-sûr).

 La scop accaparant beaucoup de son temps ou devant partir (mutation !), Jacques MEYER fait venir un jeune guide scout unioniste (qui était passé par là auparavant avec sa troupe) qui abandonna son travail et ses études (mais diplomés des Beaux Arts tout de même) pour le remplacer.

L’artiste intellectuel doublé d’un grand sportif allait aussi marquer la vallée pendant 10 ans (1927-1937) : Georges PREISS. Il donna une âme à l’entreprise en créant, dessinant et colorant toutes les figurines. Celles-ci existent toujours. A noter qu’elles lui valurent le premier prix à une grande exposition à Lyon en 1930 (NB Georges Preiss est devenu pasteur par la suite).

 Faire des objets avec des planchettes de bois en s’appuyant sur le patrimoine du pays (chalet, chapelle, ferme, skieur, traineau, fermier, fermière…) ou sur la bible (Arche de Noë et plus de 100 animaux, crèche et son decorum…) ont permi à la coop de connaître une notoriété (presque) mondiale. Une personne possède encore des objets achetés en 1925, une Américaine de Los Angeles a une ferme et les animaux achetés par ses parent en 1935.

 L’épopée continue :

Paul BURCKARD (un ami, un parent) resta de 1936 jusqu’à son décés en 1969. Sous sa houlette, le chalet actuel fut construit à La Chalp en 1940.

 Arthur KORNING apporta son goût de l’art et son génie inventif. Commerçant dans sa jeunesse, il comprit que la vente sur place était le nouveau fer de lance et qu’il fallait organiser la gestion. Il sut s’entourer de jeunes de la vallée qui voulait « vivre et travailler au pays » et il relança le travail à domicile. Venu pour une semaine faire le diagnostic de la coop. moribonde, il s’intalla et s’impliqua tellement dans la relance et le renouveau de la scop de 1971 à 1983 que beaucoup croient que c’est lui qui l’a créée.

Le comptable Jean Paul BLANC devint gérant pendant 16 ans. En 1999 Raymond THOMAS, entré à la coop comme menuisier en 1974 lui succède suivi 10 ans plus tard d’Alain BLANC.

 La marque des Jouets du Queyras déclinée en deux logos

 Les collections initiales toujours produites en 2012 restent la grande originalité de l’entreprise. Au fil des années la diversification s’est orientée vers des produits pour le bureau, la cuisine, la chambre, les jeux de société, la déco sans oublier des jouets en bois divers et variés.

De 50 travailleurs en 1940 on est passé à 1 en 1970 puis à une quizaine dans les années 80 et cinq maintenant dont une « peinteuse à domicile ».

L’espoir que l’épopée se poursuive est un leitmotiv permanent chez chaque « sociétaire coopérateur salarié ».

 L’Alpin Chez lui adhère à la Coopérative Artisanale du Queyras (regroupement de 32 artisans indépendants du Queyras) qui vend les produits de ces artisans à la Maison de l’Artisanat à Ville Vieille depuis 22 ans.

Dans les Hautes Alpes une vingtaine de SCOP ont souvent permis de sauver l’entreprise car les salariés « ont pris le pouvoir » après des défaillances. Ce fut le cas des FAP à l’Argentière La Bessée, la seule usine en Europe à produire des pièces d’acier uniques, vendues dans le monde entier.Avec 3 ans de commande d’avance mais faute de trésorerie et de prêt bancaire elle vient d’être mise en liquidation. Une autre scop historique et originale est dans le Queyras : La Maison de Gaudissard, hôtel créé par Bernard Gentil.

 Les coopératives sont plus connues comme des structures agricoles qu’artisanales (la CUMA d’Arvieux, Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole en commun a été créée en 1954). Les SICA (société d’interêts collectif agricole) sont des formes spéciales de coopératives bien connues dans le Queyras (Sica Sports, Sica habitat, créées en 1969 maintenant disparues mais qui ont été moteur du développement du pays), Sica des Alpages de Fontanties qui porte la Fromagerie de Château-Queyras).

 « Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu’elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les périodes difficiles. Ce succès a contribué à empêcher de nombreuses familles et communautés de sombrer dans la pauvreté. »

Message du Secrétaire général de l’ONU, journée internationale des coopératives le 3 juillet 2011

 

Milagradi |
RESIDENCE ESSONIA |
Feabea |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Geraldmetroz
| Chipieetcanaille
| Unehistoiredeux